De l’open DATA au crowdsourcing, chronique d’une révolution en marche

Mercredi 4 avril 2012 matin et après-midi

Président de session : Romain Buchaut, CRIGE PACA

Pour accéder aux supports en PDF
cliquez sur le titre de la présentation correspondante

9h30-10h : Un an après son lancement, les leçons importantes de l’Opendata Montpellier : animation, expérimentation, déploiement, évaluation par Jérémie Valentin, Ville de Montpellier

Utilisateur-Retour d'expérienceLe projet Opendata Montpellier a été lancé en avril 2010.
Il s’est construit d’abord dans un mouvement national avec de nombreuses interactions avec les autres agglomérations engagées (Rennes, Bordeaux, Nantes, Paris et d’autres).
Il a bénéficié d’un support indéfectible des élus et des services de références. Il est surtout porté dans le cadre d’un programme plus large d’innovation numérique, dans l’esprit des LivingLab et de Villes2.0…
Il est donc né sous les meilleurs hospices et les points importants (à développer lors du séminaire) sont :
- pas de mouvement collectif sans une forte animation de réseau et de communication. Comment faire naître cet éco-système et l’entretenir ?
- La maturation lente des normes et de la réglementation ne fait pas obstacle à l’Opendata. L’expérimentation raisonnable est au contraire un moyen efficace pour comprendre, évaluer et agir sur le législateur.
- pas d’Opendata sans services utiles à la population (la culture étant, je le rappelle, utile…). Comment soutenir la création de services avec des logiques économiques pérennes basées sur les usages (modèle plutôt public) et l’échange (modèle plutôt privé)
- l’Opendata est-il réservé aux villes et aux institutions publiques? Qu’en est-il des données générées par les usagers, les entreprises, qui parlent des zones inter-urbaines, des compétences régionales ou départementales ?
- L’Opendata au regard de l’évaluation des politiques publiques. Une proposition d’objectifs stratégiques et opérationnels (résultats et impacts) et des indicateurs de mesure.


10h-10h30 : Se lancer dans l’open data : le projet nantais par Alain Bergue, Communauté urbaine de Nantes

Utilisateur-Retour d'expérience

Il s’est écoulé environ un an entre l’annonce de l’ouverture des données faite lors de l’inauguration de la cantine numérique nantaise, le 4 février 2011, et l’ouverture du site « Nantes Ouverture des données » le 21 novembre 2011. Entre ces deux dates beaucoup d’acteurs du monde associatif, politique et technique se sont mobilisés, et sont encore à l’œuvre pour proposer une nouvelle version courant 2012.
L’ouverture des données nantaises peut être examinée sous deux angles.
Tout d’abord celui de la conception et de la réalisation à compter de l’impulsion politique : comment s’organise t-on pour répondre à une commande de ce type ? quels acteurs pour quels rôles ? quels chantiers mettre en œuvre ? dans quels espaces temps ? quels choix effectués: techniques, organisationnels, juridiques ? quelles données ? selon quels critères ? quelles solutions retenues ?  quel futur ?
L’autre volet consiste à évaluer l’impact sur la géomatique. L’arrivée d’un tel projet bouscule les réflexions et les projets en cours, l’organisation doit être nécessairement réactive. Des opportunités s’offrent, par exemple dans le domaine de la mise à disposition des données. La place et le rôle de la géomatique dans l’organisation du système d’information de l’entreprise sont testés et confirmés. Enfin, cette mise en œuvre questionne fortement sur le futur proche en matière de modes de travail, par exemple dans l’administration de données, la diffusion, le collaboratif, la qualité, …
La présentation s’attachera à parcourir ces questionnements génériques à travers l’exemple nantais.


10h30-11h30 : Pause – Visite des stands


11h30-12h : Retour d’expérience sur quelques démarches citoyennes
par Sébastien Dinot, association April, Emilie Laffray et Christian Quest, OpenStreetMap

Consultant-observateurD’aucuns soupçonnent dans la multiplication actuelle des annonces d’ouverture de données publiques un effet de mode ou le résultat d’un intense lobbying industriel. Pourtant, si le politique néglige rarement une occasion d’apparaître en phase avec son époque et si la libération des données publiques crée des opportunités économiques, réduire à ces causes le mouvement Open Data serait en ignorer le levier le plus profond : la demande citoyenne.
C’est en effet par des individus agissant à titre privé et des associations citoyennes que les décideurs publics sont les plus sollicités. Soucieux du contrôle démocratique de nos institutions et de leurs dépenses ou demandeurs des données statistiques et géographiques nécessaires à leurs projets, les citoyens sont souvent les déclencheurs des projets. Après avoir convaincu les élus, les responsables administratifs et juridiques, ils accompagnent discrètement les équipes techniques en charge de leur réalisation.
Cette intervention présentera ces initiatives citoyennes et leurs motivations. Elle montrera comment un peu d’enthousiasme, de pédagogie et d’écoute peuvent aboutir à de belles collaborations où chacun trouve son intérêt.


12h-12h30 : Festival d’applications innovantes : démonstrations rapides de 3 applications développées grâce à l’open data.

Industriel-entreprisePour chaque application seront présentées : le contexte de l’application, les moyens mis en œuvre, le modèle économique et les conséquences de l’exposition dans le cadre de l’open data.

  • MobiAnalyst. MobiGIS, éditeur de logiciel et société de services dans les SIG, démontrera ses  solutions innovantes pour la gestion durable de la mobilité des personnes et la planification de l’offre de transport multimodale. Les experts MobiGIS présenteront notamment des usages concrets des données transport de l’OpenData dans le logiciel MobiAnalyst. Application présentée par Frédéric Schettini, MobiGIS.
  • Handimap est une application de calcul d’itinéraires pour piétons et PMR basée sur les données Open Data de la ville de Rennes. Que vous soyez une collectivité locale ou opérateur dans le monde du transport, nous vous proposons notre expertise dans les SIG pour intégrer notre solution Handimap dans vos applications métier et vos portails grand public. http://www.handimap.org. Application présentée par Bertrand Gervais, Handimap
  • iMove in Bordeaux. Circuler dans Bordeaux ? VCUB, Parkings, Bus, Tram et Parcs Relais : Plusieurs possibilités, une seule application pour s’y retrouver ! http://www.imoveinbordeaux.fr/. Application présentée par Mathieu Daveau, CODEGA Studio


12h30-13h : De l’OpenData aux citoyens : potentiel et limites des plateformes collaboratives par Jean-François Gigand, Geonef et Raphaël Velt, Institut de Recherche et d’Innovation

Chercheur-universitaireSi le mouvement de l’Open Data est dès l’origine porté par des idéaux d’implication, d’ »empowerment » des individus, sa manipulation est-elle concrètement accessible à tous les citoyens, indépendamment de leurs compétences techniques, aussi bien au niveau du traitement informatique des données, des statistiques, des champs scientifiques couverts par les données (sciences sociales, géographie, etc.) que des ressorts juridiques liés aux sources de données ? L’ouverture des données ne risque-t-elle pas de ne faire qu’aggraver la « fracture numérique » ?
Des exemples de tels regroupement de compétences variées existent pourtant déjà. On les retrouve dans des projets aussi divers que Wikipédia, Open Street Map et le monde du logiciel libre.
La seule interconnexion des individus ne suffit pas, les plateformes qui porteront l’Open Data de demain doivent également offrir une interopérabilité au niveau des données pour connecter formats, logiciels et projets. Cette interconnexion peut être fournie d’une part par l’hébergement des données sur des plateformes de Cloud Computing, d’autre part par l’usage de métadonnées sémantiques, en utilisant les standards du Web Sémantique définis par le W3C.
Nous ferons un panorama des plateformes sociales et sémantiques existantes pour dégager les tendances et présenter notre vision de technologies contributives qui permettront de véritablement rapprocher données ouvertes et citoyens.
- Lien vers l’article écrit par les auteurs

13h-14h : Pause déjeuner


14h-15h : Grand témoin : Yvan Bédard


15h-15h30 : Citoyens capteurs : retours d’expérience sur l’application G!v et Praj déployée au Danemark
par Emmanuel Mondon et Yohann Ly, Intergraph / ERDAS

Industriel-entrepriseCette présentation détaillera l’application G!v et Praj (”Send a hint”) pour iPhone & Android développée par Intergraph et déployée au Danemark (cf. http://givetpraj.nu/) permettant à tout un chacun (équipé d’un smartphone adéquat) d’être un citoyen capteurs et ainsi de faire remonter des informations géolocalisées utiles aux collectivités locales
Elle adressera en particulier :
-        L’architecture technique dont l’usage du cloud Amazon
-        Le fonctionnement de l’application
-        Le modèle économique
-        Les précautions d’usage mises en place
-        Les retours d’expérience « presse », « utilisateurs » et « clients finaux » publics et privés


15h30-16h : Le crowdsourcing, ça ne se fait pas tout seul ! par Louis-Julien de la Bouëre, association Tiriad

Consultant-observateurEt si la géo-collaboration était l’héritière des érigeurs de menhirs, pionniers du crowdsourcing ?
En Bretagne, les « cartoparties OpenStreetMap » se multiplient à l’initiative de collectivités ou associations. Le projet Cartes Ouvertes au Pays de Brest a permis d’initier de nombreux bénévoles lors d’ateliers d’initiations à OSM et sont devenus à leur tour des contributeurs avertis.
Dans le même temps, les collectivités suivent en développant des mashups cartographiques thématiques à Pau (Tempo Pyrénées), Rennes (Carte OuVerte) ou Brest (Chimère Patrimoine, signalisation d’incidents).
Les projets coopératifs contribuent à faire travailler ensemble « experts » et « amateurs ». C’est le cas des projets de géolocalisation de contenus, notamment scientifiques (TelaBotanica, Geodiversite.net, Taxinomes…)
Deux questions émergent de ces récents développements :
Le crowdsourcing et l’Open Source : doit-on contribuer bénévolement à tout ? Quelle retour pour le contributeur ?
L’animateur de projets multimédia coopératifs : qui est-il ? Quel est son rôle ? Comment faire perdurer ses missions ?


16h-17h : Pause – Visite des stands


17h-18h : Table ronde : Quand l’open data remue le paysage institutionnel
, avec Marc Leobet (MEDDTL), Jérémie Valentin (Ville de Montpellier), Yann Kacelenen (SDIS 91), Benjamin Jean (juriste), Émilie Laffray (OSM), animée par Matthieu Noucher, CNRS

Introduction à la table ronde par Matthieu Noucher

Mots clés , , , + dans les catégories Rencontres 2012, Conférences 2012, Rencontres 2012

Poster un commentaire