La géomatique au service des nouveaux enjeux territoriaux (mardi 4 mai)

A l’heure du développement durable, comment utiliser les spécificités de l’information géographique et inventer des outils répondant à l’imbrication et à la complexité des enjeux actuels. Cette session a présenté des retours d’expérience, des nouvelles techniques et des expérimentations pionnières qui montrent comment l’information géographique s’inscrit au cœur des politiques publiques, sur des domaines aussi variés que l’habitat, les bilans énergétiques, l’alimentation de la concertation publique…

Président de session : François Salgé, MEEDDM - Mardi 4 mai, après-midi

Texte disponibleTexte disponible14h30-15h00 : Le SIG, outil d’animation d’un Programme Local de l’Habitat, par Aline Clozel, Communauté d’agglomération du grand Avignon

Les données, les outils, et les représentations SIG apportent des moyens nouveaux à l’analyse urbaine en facilitant un certain nombre de traitements utiles aux états des lieux et en permettant la construction de données utiles aux réflexions locales. Ainsi le PLH du Grand Avignon s’appuie fortement sur les traitements SIG pour développer son observation du territoire et affiner les états des lieux existants, et sensibiliser les acteurs.
Au service de ces analyses, la matrice cadastrale nous offre aujourd’hui de nombreuses perspectives de traitements très intéressants.
Il convient au préalable de bien se rappeler les limites de cette source de données (d’essence fiscale, pas d’identifiant bâtiment, rattachement à la parcelle de référence, pertinence des champs, complexité de la table dont le modèle relationnel n’est pas défini, ..).
Parmi ces traitements, pour un PLH, on peut citer : les calculs de densité de logements, la localisation du parc locatif ou de propriétaires occupants, la répartition entre habitat individuel et collectif, des repérages de la vacance, les propriétés publiques, et un prérepérage des logements sociaux.
Pour imager ce type de travaux on peut présenter l »exemple des réflexions conduites sur les formes urbaines : à partir d’un travail de repérage des typologies du bâti conduit avec le CAUE à l’échelle parcellaire (travail sur l’ortho et repérage terrain) et d’une représentation des densités sous forme d’une maille d’un hectare (à partir de la matrice), le PLH a édité une fiche de son « guide du PLH » sur les différentes formes urbaines rencontrées sur son territoire (habitat diffus, habitat individuel groupé, collectif, ….). Ces travaux participent à la sensibilisation des élus et techniciens de manière à densifier les formes urbaines sur notre territoire caractérisé par un « habitat extensif » et l’Atlas du bâti fait désormais parti à part entière du « Porter à connaissance » de l’agglomération aux communes lors de l’élaboration de leurs PLU.

Texte disponible15h00-15h30 : La thermographie aérienne pour la cartographie des déperditions thermiques par Simon Guilhem, communauté d’agglomération de Brive et Jean-Baptiste Henry, LNE

La thermographie infrarouge par voie aérienne pour l’évaluation des pertes thermiques des parcs immobiliers connaît un essor important depuis quelques années, sous l’impulsion des incitations aux réductions de consommation d’énergie issues d’initiatives comme les Agenda21 ou les résolutions du Grenelle de l’Environnement. La forte médiatisation de ce type d‘opération a conduit parfois à survendre les capacités de la technique à une société civile soucieuse de réduire son impact sur l’environnement. Cette intervention s’appuiera largement sur une expérience concrète de réalisation, d’intégration et de diffusion de l’information résultant d’une thermographie aérienne. Elle aura aussi pour souci de replacer l’outil dans son contexte scientifique et technique pour mieux préciser ce qu’il est possible d’en attendre et comment en exploiter au mieux les résultats.

Texte disponible15h0-16h00 : Utilisation du « crowd sourcing » et cartographie communale : Plouarzel sur OpenStreet Map, le projet de toute une commune par Cécile Bothorel, Télécom Bretagne et Alain Prallong, Realia

En informatique « non géomaticienne », on voit depuis quelques années la déclinaison du néologisme crowdsourcing sous diverses formes. La géomatique est maintenant pleinement concernée par cette approche à la fois technique et économique, mais aussi sociétale. Mais qu’en est-il concrètement ?
Après un rappel de ce que recouvre cette technique, son apport sera illustré par une application concrète : la cartographie de Plouarzel, une commune rurale de 3500 habitants à la pointe ouest du Finistère.
Projet porté par la municipalité, la carte libre de Plouarzel s’est faite avec les associations de la commune lors de deux « cartoparties » où chacun a apporté ses connaissances et ses compétences : informatique, toponymie (incluant la langue bretonne), histoire, sport, botanique… D’aucuns ont relevé des données à l’aide de GPS, tandis que d’autres élaboraient la carte sur les ordinateurs du centre multimédia. Depuis, certains ont contracté le virus et viennent régulièrement au Centre multimédia avec de nouvelles données qu’ils ont enregistrées sur leur GPS ou pour commenter le résultat de leur saisie sur OSM.
En constante évolution, la carte continue à s’enrichir – vestiges de la guerre avec les blockhaus, traces de l’activité de récolte des algues avec les fours à goémon, etc. – la carte se veut aussi la mémoire du territoire et des hommes et femmes qui l’occupent.
La conclusion de la présentation abordera les enjeux de ce genre d’opération, notamment les opportunités pour le développement de l’usage de l’information géographique – usage large, grand public et professionnel.

16h00-17h00 : Pause

Texte disponible17h00-17h30 : Gestion collaborative du domaine communal : quand le citoyen devient acteur de son territoire par Xavier Mérour, ASIT-VD

Avec l’évolution d’Internet, les utilisateurs sont passés du statut de simple consommateur à celui d’acteur à part entière. Et avec l’arrivée des nouveaux outils web, il est maintenant possible de créer des applications de plus en plus interactives et participatives. L’Association pour le Système d’Information du Territoire Vaudois évalue la possibilité de proposer un nouveau service à ses communes membres sous la forme d’une interface web cartographique de communication entre les citoyens d’une commune et les services techniques de celle-ci. Elle servirait à signaler un dysfonctionnement ou une dégradation sur le domaine public et serait un point d’entrée unique pour les citoyens vis-à-vis de la commune. Actuellement en test grandeur nature sur la commune d’Yverdon-les-Bains, la présentation sera l’occasion de dresser un premier bilan de l’appropriation de l’outil par le citoyen et de la plus-value pour une commune d’un tel mode de gestion de son espace public.

Texte disponible17h30-18h00 : Exploiter un SIG 3D pour gérer, simuler et analyser l’aménagement urbain par Anthony Guérout, ville du Havre et Gwenael Bachelot, Autodesk

La 3D autorise des phases de concertation avec une totale compréhension de toutes les parties prenantes. L’analyse et la simulation devient possible dans un tel environnement.
Cette présentation illustrera par des cas concrets comment l’intégration de projets de génie civil, VRD, ou de projets architecturaux dans un environnement 3D en temps réel permet une totale compréhension des tenants et aboutissants, ainsi qu’une simulation des impacts d’un nouveau projet.
Mélanger ces données issues de la conception aux données issues du SIG permet enfin une pleine perception du résultat de nouveaux projets urbains.
Mots clés , , , + dans les catégories Rencontres 2010, Conférences 2010

Poster un commentaire